Ephemeral
 


 
Éphémère, adj, (grec ephêmeros, qui dure un jour) : Qui n’a qu’une courte durée
Dans l’esprit du photographe Jean-Michel Fauquet, le premier procédé fait appel à la sculpture avant de donner lieu à des photographies.
Le sujet est fabriqué à partir d’un matériel pauvre. Séchées à l’air libre, les poteries sont susceptibles de se casser. Empreintes de documents existants, les photographies suggèrent la mémoire. L’objet dans l’image semble disparaitre et s’effacer comme une révélation sur la fragilité des éléments. L’acte de tenter de pousser l’abstraction au maximum de ses possibilités transmet au lecteur une notion de disparition.
Peintre italien du 20e siècle, Giorgio Morandi est connu pour sa simplification des formes. Alors que peindre des natures mortes est synonyme de représentation du détail, Morandi opère un degré d’abstraction de l’objet peint. Mes images s’inspirent de cette même initiative.
La superposition du tirage papier et de l’impression sur calque accuentue l’effet de disparition ainsi que de fragilité. Telle la caractéristique du travail de Daisuke Yokota, mon travail est en recherche permanente, un renouveau continu. Ainsi, Ephemeral présente des images réalisées grâce au procédé du collodion humide. Selon l’orientation du verre et l’arrière plan choisi, l’image révèle plus ou moins de détails.